Vous avez dit...bonus?

On a reparlé cette semaine des bonus des banquiers. Alors je ne résiste pas à vous signaler une conférence sur un sujet qui n'a a priori rien à voir, sauf que en fait oui.

Le problème illustré dans l'image est le suivant. On vous donne une bougie, des allumettes, et des punaises. La tâche consiste à accrocher la bougie au mur qui est en dessus de la table et à l'allumer...le tout de façon à ce que la cire ne goutte pas sur la table.

La solution: utiliser la boîte des punaises comme support. Sauf que pour la trouver il faut 'penser à la boîte', y voir autre chose que le contenant des punaises. Et pour ça, compte tenu de la manière dont le problème est présenté, il faut un brin d'imagination. Pas tout le monde y arrive tout seul, et ça prend un peu de temps.
Il existe une variante du problème 'pour les nuls': sortir à l'avance les punaises de la boîte, avant de présenter le problème. Là, tout le monde trouve très facilement la solution: la boîte est identifiée comme telle d'emblée.

Tout ça est une 'bonne vieille' expérience standard de psychologie. Mais voilà où cela devient intéressant pour le sujet d'aujourd'hui: dans une variante, on offre un incitatif financier pour les plus rapides. Dans la version facile, pas de surprise, ça marche. Les personnes auxquelles on promet une récompense font beaucoup plus vite que les autres. Mais dans la version difficile, non. Pire, dans cette version du problème, promettre une récompense au plus rapide ralenti la tâche. Pourquoi? L'explication donnée habituellement est que l'espoir d'une récompense focalise l'attention. C'est très utile quand une tâche est très clairement décrite, et c'est pour cela que ça marche quand, par exemple, on paie des ouvriers à la pièce pour une tâche bien définie. Par contre, focaliser l'attention, eh bien ça en rétréci le champ. Et du coup c'est contre-productif lorsque la tâche n'est pas entièrement définie, qu'il faut en trouver la solution en partant en explorateur, bref dans la version difficile du problème.

Tout ça est très bien décrit dans cette vidéo.

L'ennui, c'est qu'il y a beaucoup, beaucoup de tâches professionnelles aujourd'hui qui ressemblent plus à la version difficile du problème de la bougie qu'à la version facile. Et que l'on peut donc prévoir que des incitatifs financiers y seront contre-productifs. Alors oui, les économistes n'ont pas toujours intégré des connaissances de psychologie très nuancées dans leurs modèles. Mais ils ont tout de même de plus en plus tendance à tenir compte de ce genre de chose.

D'où la question (et c'est juste une question): étant donné que l'on voit défendre l'octroi de bonus comme incitatifs pour les cadres supérieurs des banques, est-ce que:

1) Leurs tâches sont simples et bien pré-définies?
2) Il ne s'agit en fait pas d'incitatifs à la performance, mais de tout autre chose?
3) On se base sur une version de la psychologie humaine désuète depuis des décennies en psychologie et -quoique depuis moins longtemps- également désuète en économie?

Ou peut-être que quelqu'un a une autre explication?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez vous identifier au moyen des options proposées, ou laisser un commentaire 'anonyme' si vous ne voulez pas les utiliser. Évidemment, dans ce cas vous pouvez quand même nous dire qui vous êtes.