Le créationnisme européen

Si la science, la religion, la biologie, le créationnisme, et même l'éthique (ça fait beaucoup) vous intéresse, allez vite écouter le ballado de Scepticisme scientifique, Jean-Michel Abrassart interview cette semaine Antoine Vekris, alias OldCola.

Non, je ne vais pas vous le résumer: allez-y voir.

Bon, OK, je craque pour deux points que je vous résume quand même. Tout d'abords, le créationnisme n'est plus rangé bien tranquillement au delà de l'Atlantique. Tiens: en 2007, l'enseignement de la création biblique sur le même plan que l'évolution, dans un cours de biologie, a été corrigée in extremis avant la diffusion d'un manuel scolaire...bernois.

Le deuxième point est bien sûr éthique. Le discours actuellement le plus courant sur la science et la religion est le Non-Overlapping Magisteria (NOMA). L'idée que l'approche scientifique et la foi religieuse sont parfaitement compatibles car la science s'occupe de décrire le monde, et la foi s'occupe de 'questions de sens et de valeurs morales'. Laissons pour le moment le sens de côté, pas que ce soit sans importance, mais ce n'est pas le sujet d'aujourd'hui. Concernant les valeurs morales, la doctrine du NOMA est simplement inexacte. Le domaine moral ne dépend pas des religions. Un 'détail' que, soit dit en passant, Platon avait déjà vu il y a pas mal de temps. Dans l'Euthyphron, il met en scène Socrate posant la question suivante:

'Une action est-elle bonne parce que les dieux l'ordonnent?

Ou bien les dieux l'ordonnent-ils parce qu'elle est bonne?'

Euthyphron commence par choisir la première option. Une action est bonne parce que les dieux l'ordonnent. Mais alors il faudrait, se voit-il rétorquer, obéir aux dieux même s'ils nous ordonnaient une chose ignoble? Pour prendre un exemple chrétien, quand avez-vous pour la dernière fois lapidé un membre de votre famille qui aurait eu une autre religion ? Pour citer un commentaire sans doute apocryphe : à cette époque, Notre Seigneur était encore bien jeune… Lorsqu’on lit un texte sacré pour y trouver des fondements moraux, on fait des choix, et c'est parfaitement légitimes.

C'est donc que les dieux ordonnent une action parce qu'elle est bonne, poursuit Euthyphron. Mais alors, poursuit Socrate, il y a quelque chose que les dieux reconnaissent dans une action, qui la rend bonne, et qui ne dépend pas d'eux...! Du coup, si nous sommes capables de faire des distinction entre les bons et les moins bons commandements divins, c’est que nous avons forcément nous aussi une source de jugement moral différente de la religion.

CQFD

Que le domaine moral ne dépende pas du domaine religieux doit nous soulager. Heureusement! Car si notre faculté morale dépendait de nos religions, notre éthique dépendrait ... de leur vérité. Vu le nombre d'énoncés religieux qui ont été falsifiés par la démarche scientifique au cours des siècles, on sera alors dans de beaux draps. Même les personnes croyantes, au fond, ne tirent pas leur éthique de leur foi. Si vous en êtes, posez-vous la question d'Euthyphron et vous verrez. Peut-être que vous associez votre foi et vos valeurs morales. Peut-être pensez-vous que Dieu vous surveille, peut-être vous aide. Mais tout cela est très différent.

Le rapport avec l'image? Elle montre à quel point c'est absurde de vouloir enseigner des 'théories' mythologiques sur le même plan que la vrai vie, comme souhaitent le faire les tenants du créationnisme et du 'dessein intelligent'. Mais donnerait-on le même statut à la 'théorie de la cigogne' dans un cours d'éducation sexuelle? The Onion, un des meilleurs journaux satiriques de la toile, a fait quelque chose de similaire avec une pseudo-théorie de la 'chute intelligente' comme alternative à la gravité. J'aime bien aussi le petit côté girl power de cette image. Mais si vous êtes une lectrice féministe et que vous trouvez que c'est trop objectifiant, que cette image est un reflet de détournement d'image des femmes, plutôt que d'humour et de confiance, voici une chanson pour me faire pardonner. Elle risque bien de plaire aux autres aussi, au fait...

12 commentaires:

Cédric Eyssette a dit…

Je ne connaissais pas l'intelligent falling, cette parodie de l'intelligent design, merci pour le lien !

Samia a dit…

De rien! The Onion a vraiment l'oeil pour la parodie intelligente (sans jeu de mot cette fois). C'est un site qui vaut souvent le détour.

Fab a dit…

Excellent billet. Bravo !

Samia a dit…

Merci! Et merci également à OldCola, qui a complété l'illustration de cette image sur son blog Coffee and Sci(ence) d'une vidéo qui vaut clairement le détour...
:-)

coffeeandsci a dit…

Argh ! Maintenant va falloir que je me relise Euthyphron. J'ai aucun souvenir d'une question de Socrate posée en ces termes.

J'ai le sentiment que je vais avoir une surprise à base de traduction :-D

Samia a dit…

Argh aussi! Je plaide coupable: ma formulation est la paraphrase que l'on en fait habituellement en ce début de 21e siècle. Le texte original utilise des termes, disons un peu plus d'époque:
'C'est ce que nous allons voir tout à l'heure ; essayons. Le saint est-il aimé des dieux parce qu'il est saint, ou est-il saint parce qu'il est aimé des dieux ?'[10a]
'Le saint' n'est pas une personne catholique canonisée dans ce cas, bien sûr: c'est 'ce qui est saint'. Pieux. Bon.

Bonne lecture! :-)

Samia a dit…

Comme la version en ligne est bilingue, je me tape le luxe d'ajouter l'original:

'[10a] Τάχ᾽, ὠγαθέ, βέλτιον εἰσόμεθα. Ἐννόησον γὰρ τὸ τοιόνδε· ἆρα τὸ ὅσιον ὅτι ὅσιόν ἐστιν φιλεῖται ὑπὸ τῶν θεῶν, ἢ ὅτι φιλεῖται ὅσιόν ἐστιν;'

Comme ça tu pourras nous dire si tu as des surprises! ;-)

Samia a dit…

Et au passage, vous avez vu la citation cachée dans l'équation de la Intelligent Falling Theory? Elle n'a pas été choisie au hasard, apparemment. The Onion a un sacré sens de l'humour.

André a dit…

Bonjour: la question 'bonne parce que Dieu l'ordonne ou Dieu l'ordonne parce que bonne' est une fausse question.La Cause première de l'être se situe dans les deux pans de la question.Donnant l'existence aux choses du monde contingent, la 'bonté' est incluse parce que la cause efficiente est aussi la cause intentionnelle et la cause finale, en créant la cause matérielle et inversement, si l'on se situe au niveau des choses contingentes, la bonté découle de la nature du créé. Mais les Grecs n'avaient pas atteint la déduction de la création de la connaissance d'une cause première métaphysique (pas physique!).

Samia a dit…

André, vous me pardonnerez mais votre commentaire me parait confus. En ce sens que les mots, notamment ‘bonté’ y changent de sens.

Mais il contient me semble-t-il une vérité plus profonde. Dan Dennett l’a bien mieux décrite que je ne saurais le faire, et sa vidéo vaut vraiment le détour. Tient, tant qu’à faire, celle-ci aussi. L'intro est un peu longue, mais ceux d'entre vous qui ne seraient pas fans de Dennett peuvent commencer à 00:11:07

Oui, il y a bien des choses que les Grecs n'avaient pas atteintes.

Anonyme a dit…

un exemple bien choisi peut faire perdre de vue une erreur de base. tout d'abord; Socrate est-il une autorité indépassable? Non; heureusement...
En nous affranchissant de la fausse scission socratique entre Dieu et les valeurs; on peut chrétiennement prendre que Dieu EST valeur. A partir de là, le grand génie socratique peut encore garder ses tours de passes-passe pour des esprit qui trouvent que l'homme est capable de se donner des valeurs et de s'y soumettre: j'invite de tels esprits à interroger l'histoire humaine depuis avant Socrate et de se la projeter dans des temps indéfinis pour savoir si seulement cela est humainement possible.

Samia a dit…

Socrate est-il une autorité indépassable? Non, bien sûr. Aucune autorité ne l'est par principe, indépassable...mais encore faut-il la dépasser. Vous 'prenez' que Dieu est valeur? C'est certainement la position d'un nombre important de croyants. Mais ces mêmes croyants font des choix parmi les commandements des livres sacrés. Et c'est la sagesse-même que de faire cela. Je suis très heureuse par exemple de savoir que je peux faire des heures supplémentaires le dimanche (ça m'arrive) sans risquer d'être lapidée par mes voisins.

Mais en d'autres termes: être croyant n'empêche pas de donner des valeurs à soi-même, comme tous les autres...

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez vous identifier au moyen des options proposées, ou laisser un commentaire 'anonyme' si vous ne voulez pas les utiliser. Évidemment, dans ce cas vous pouvez quand même nous dire qui vous êtes.