Se déguiser en scientifique

L'hypocrisie, comme on dit, c'est un hommage que le vice rend à la vertu. Peut-être faut-il donc prendre le déguisement en scientifique ou la tentative d'avoir l'air scientifique quand rien n'en est, comme un hommage à la démarche scientifique véritable. Mais tout de même, ces temps les exemples sont forts de café.

Ça commence en beauté, le mois dernier, avec l'annonce d'une fraude caractérisée par le Dr Reuben, un chercheur d'anesthésiologie qui a tout bonnement inventé des participants à des études...dont les résultats forcément sont plus contrôlables ainsi. Découverte presque par hasard, au court d'un audit de routine, cette fraude a secoué sérieusement la communauté des chercheurs cliniques.

Et ce n'est peut-être pas si mal d'être secoués, finalement. Car on sait que la fraude scientifique ça existe. Et que ce n'est sans doute pas réglementé avec une efficacité complète. Six solutions ont été proposées pour barrer la route à ce risque: la tolérance zéro, la protection des sonneurs d'alerte, la clarification des modalités d'alerte, la formation des mentors en la matière, les audits, et les modèles de rôle. Appliquer ces solutions n'est certes pas évident, mais les difficultés sont pratiques. La véracité, l'honnêteté intellectuelle, font partie des valeurs de base dans le monde scientifique. Comme toutes les valeurs de base de toutes les communautés, elles ne sont pas suivies à 100%, mais la difficulté est dans la réglementation et non dans l'établissement de ces valeurs comme importantes.

Quand un archevêque se prend pour un généticien, ça se complique. Celui de New York a annoncé, apparemment sans une once d'ironie, que la monogamie (et entre un homme et une femme, s'il vous plaît), serait inscrite dans nos gènes! Évidemment il n'a compris ni la génétique ni l'hérédité ni les variations populationnelles. Et ça se voit. Mais il est quand même touchant de le voir tenter de fonder une position morale dans la génétique, si fausse en soit sa compréhension. Serait-il d'accord de se voir rétorquer par un spécialiste de la fertilisation in vitro que la fécondation par le Saint Esprit est impossible, et que, donc, le récit biblique est faux...? Cet hommage-là, si hypocrite soit-il, en réchauffe presque le coeur.

Mais la palme toute catégorie de déguisement en scientifique doit revenir à la firme Merck, qui a tout bonnement créé son propre journal, étiquetté 'à revue par les pairs' (les pairs, c'était qui, au juste?), pour y déguiser en publications scientifiques des articles favorables à ses produits. Un des membres du 'comité consultatif d'honneur' (à quoi ça sert, ça?), un rhumatologue australien, n'était apparemment pas surpris de ne jamais recevoir d'articles à évaluer. Ni d'apprendre que le journal ne recevait pas de recherche originale. La culture scientifique nécessite parfois des cours de rattrapage...

Mais il semble par contre que Merck ait très bien compris les avantages du déguisement. Pouvoir dire 'comme démontré par cette étude publiée dans le Australasian Journal of Bone and Joint Medicine, une revue scientifique à revue par les pairs, ce produit que nous fabriquons est supérieur à la concurrence', même si ça fait au moins cinq mensonges ('démontré', 'étude', 'journal scientifique', 'revue par les pairs', 'supérieur') au lieu d'un seul ('Ce produit est supérieur à la concurrence'), c'est fou ce que le message doit être plus efficace! Terriblement dommage, au passage, que ça marche. Encore un domaine où la culture scientifique a besoin de rattrapage.

Comment je sais que le produit en question n'était pas, pour de vrai, supérieur à la concurrence? Et vous, vous pensez que si c'était le cas ils se seraient privés de publier ça dans un vrai journal?

2 commentaires:

Jean-Michel Abrassart a dit…

Bonjour,

Le problème de la création des revues (pseudo-)scientifiques est plus généralisé que cet exemple extrême, et est d'autant plus facilité qu'il est maintenant possible de créer une revue virtuelle, sans aucune impression papier. On peut évoquer ici aussi le "Answers Research Journal", qui est une revue à comité de lectures... créationnistes.

Sceptiquement vôtre,

Samia Hurst a dit…

Encore un magnifique exemple de déguisement en scientifique...!

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez vous identifier au moyen des options proposées, ou laisser un commentaire 'anonyme' si vous ne voulez pas les utiliser. Évidemment, dans ce cas vous pouvez quand même nous dire qui vous êtes.