Diagnostic préimplantatoire

Il s'agit d'une intervention strictement réservée à la fertilisation in vitro, qui permet d'analyser quelques caractéristiques génétiques d'un embryon très précoce, avant de l'implanter...ou non.

Ce geste microscopique, montré dans l'image ci-contre, focalise une foule de discussions éthiques. On en reparle ces temps depuis qu'un couple britannique s'en est servi pour sélectionner un embryon dépourvu d'un gène de prédisposition au cancer du sein.

Où est le problème? Il est exprimé de plusieurs manières, mais en fait la controverse éthique est intense, et cet enjeu va sans doute figurer en même temps à l'ordre du jour des États généraux de bioéthique en France et à celui du législatif ici en Suisse.

Pour les opposants, la sélection d'un embryon signifie ne pas en sélectionner un autre, et voilà qu'une décision humaine décide qu'un enfant naisse et non un autre.
Bon, vous me direz peut-être que la plupart d'entre nous ne voient aucun problème à choisir avec qui ont fait des enfants, et que ça aussi ça opère une sélection entre ceux qui naissent et les autres...

Essayons un autre argument: choisir un embryon plutôt qu'un autre pourrait exprimer que l'autre ne méritait pas de vivre. Cela pourrait aussi nous décourager de faire des efforts pour rendre nos infrastructures plus faciles pour les personnes handicapées, par exemple. Ou de voir comme une richesse la diversité humaine que certains handicaps complètent. C'est une des raisons pour lesquelles les militants pour les droits des handicapés se sont souvent exprimés contre le DPI. Mais même si tout ça est important, le lien avec la possibilité ou non de pratiquer le DPI est très distant. Serions-nous vraiment plus ou moins capables de respecter nos semblables et de leur faire une place adaptée, simplement parce que quelques personnes auront réalisé une analyse génétique sur leur embryon? Il est de toute manière important défendre ces valeurs, et c'est en fait de cela qu'il s'agit et non du DPI.

Autre argument des opposants, pratiquer cette sélection revient à de l'eugénisme, ou tout au moins 'est teinté' d'eugénisme, ce qui en fait un acte à éviter à tout prix. Le problème avec cet argument est double. Premièrement, c'est opérer un raccourci très rapide entre des décisions d'individus libres, et une contrainte opérée par un état totalitaire. C'est même vertigineux. D'autre part, c'est un argument qui a l'effet de bannir le débat.

Car pour un couple ayant recours à la FIV et qui ne souhaite pas transmettre une maladie à sa descendance, quelles sont les options légales? Implanter l'embryon, le porter quelques semaines, pratiquer une amniocentèse, réaliser les mêmes analyses que l'on aurait pratiquées lors du DPI, pour avoir recours à un avortement dans le cas où la prédisposition est présente. Ceci est parfois considéré comme moins problématique sur le plan éthique, car on décide entre poursuivre et interrompre et non entre un embryon et l'autre. Et aussi parce que le droit de la mère à ne pas poursuivre une grossesse non désirée est entré en scène avec l'implantation utérine.

Mais c'est un peu une évaluation de bibliothèque, ça.

Entre le choix d'accueillir une grossesse en sachant qu'on y coupera peut-être court, ou de décider avant l'implantation si cet enfant sera de la famille, on comprend que le DPI apparaisse du point de vue d'un couple comme une solution plutôt que comme un problème.

Alors qui a raison? Ce genre d'enjeu nous teste. Il révèle non seulement notre difficulté à penser le statut des embryons, mais aussi celle que nous avons parfois à penser le statut des femmes qui les portent (ou non), des couples qui prennent des décisions de procréation (ou non), et...du statut de ce genre de questions très privées, mais qui mobilisent des émotions publiques. Sont-elles personnelles, où à décider ensemble pour tous?

Si on laissait celle-là à la sphère privée, comme on le fait d'ailleurs clairement pour d'autres décisions touchant aux choix d'avoir ou non des enfants, il resterait à savoir quelles analyses révèlent véritablement quelque chose, et quoi. La presse, qui a parlé d'un 'bébé sans cancer', ou d'un 'bébé immunisé contre le cancer', alors que cet enfant garde le même risque que la plupart des gens d'en souffrir un jour, a bien illustré les confusions possibles.

Resteraient aussi les craintes de voir un jour les parents choisir un enfant aux yeux bleus, ou rejeter un futur (insérez ce que vous aimez, un artiste peut-être) au profit d'un (insérez ce que vous n'aimez pas, ces temps-ci peut-être un manager?). Ce genre de craintes sont certes lucides sur ce que certains parents feraient pour 'l'enfant parfait'. Mais c'est se tromper sur le degré avec lequel ce que nous savons de nos gènes ne nous résume pas; le degré avec lequel la sélection d'une humanité uniformisée de type GATTACA serait hors de notre portée, même dans un monde où pour une étrange raison l'humanité aurait entièrement remplacé par la fertilisation in vitro les manières plus agréables de faire des enfants.

1 commentaire:

lecombier a dit…

La controverse sur le DPI est en effet passionnante, entre autres, parce qu’on y trouve un véritable florilège d’arguments fumeux :
- « le handicap n’est pas vraiment le handicap et il faut le préserver au nom de…de quoi ? de la biodiversité, peut-être ? ».
- « Le DPI est un signal désobligeant à l’endroit des handicapés ». Là aussi, cet argument expressiviste est en définitive un déni pur et simple de la réalité : le handicap est un désavantage, dont il est juste d’éviter la survenue quand c’est possible.
- Souvent, on observe dans ces discussions un glissement sémantique du langage de la maladie (jusqu’à plus informé, le cancer du sein en est une) au langage du handicap, glissement sémantique qui tend à délégitimer la logique médicale au bénéfice d’interventions sociales. Bien entendu, il est juste de favoriser la participation des handicapés à la vie commune et de faciliter leur quotidien par des mesures architectoniques, sociales etc. Mais si c’est aux dépens d’une démarche médicale visant à prévenir une maladie et ses conséquences invalidantes, cela conduit à des absurdités. Si cette logique avait prévalu dans les années 50, nous n’aurions pas de vaccin contre la polio, mais des poumons d’acier à chaque coin de rue.
- Paraphrasons le Général de Gaulle : “On peut sauter sur sa chaise comme un cabri en disant « L’eugénisme ! L’eugénisme !" mais cela n’aboutit à rien et cela ne signifie rien. ». La position bien-pensante de Pichot et Testard, qui inspire manifestement l’article tendancieux de Wikipédia (français) sur l’eugénisme n’offre aucun argument rationnel contre le choix génétique privé des couples. D’ailleurs, que dit l’argument libéral par excellence, à savoir le principe de non nuisance, au sujet de l’usage du DPI pour éviter de transmettre une prédisposition au cancer du sein ? S’agit-il d’un tort infligé à l’enfant futur ? Évidemment non, c’est exactement le contraire.

« Si on laissait celle-là à la sphère privée… » Mais c’est la seule solution! On ne voit pas au nom de quoi une autre option serait légitime dans une société non paternaliste (ou maternaliste).

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez vous identifier au moyen des options proposées, ou laisser un commentaire 'anonyme' si vous ne voulez pas les utiliser. Évidemment, dans ce cas vous pouvez quand même nous dire qui vous êtes.